Archives de catégorie : Cadre de Vie

Hausse du prix de l’électricité : au président de la République de la court-circuiter

Dans une lettre adressée au président de la République, la CLCV et l’UFC-Que choisir demandent au gouvernement de ne pas appliquer l’augmentation de 5,9 % du prix de l’électricité préconisée par la Commission de régulation de l’énergie.

Avant que le président de la République n’annonce les mesures qu’il compte prendre à la suite du Grand débat national qu’il a initié, la CLCV et l’UFC-Que Choisir l’appellent aujourd’hui, dans une lettre ouverte, à répondre concrètement aux attentes largement exprimées de nos concitoyens en termes de pouvoir d’achat, en empêchant que la hausse (+ 5,9 %) du tarif réglementé de vente de l’électricité (TRV), aussi spectaculaire qu’infondée, n’ait lieu.

Alors que la crise actuelle est d’abord une crise du pouvoir d’achat, née des prix de l’énergie, les consommateurs vivraient comme une provocation que rien ne soit entrepris pour limiter l’inflation du TRV, alors que des marges de manœuvre existent.

Augmentation du tarif de l’électricité : pas de vraies raisons, pas d’acceptation

Si le Gouvernement se réfugie derrière une délibération de la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) pour considérer qu’il n’a d’autre choix que d’appliquer la hausse de 5,9 % du TRV qui lui est demandée, la réalité des faits met pourtant en évidence que cette hausse est loin d’être inéluctable. En effet, dans une analyse précise et documentée, l’Autorité de la Concurrence a très sévèrement contesté la méthode suivie par la CRE pour élaborer sa proposition de hausse tarifaire, en soulignant sa déconnexion avec les règles de calcul posées par la loi. Loin de correspondre à la couverture des coûts de fourniture de l’électricité d’EDF, la hausse envisagée permettrait à EDF d’augmenter indûment de 87 % ses marges et priverait en conséquence les consommateurs du plein bénéfice de la compétitivité du parc nucléaire historique. Les constats cinglants de l’Autorité de la concurrence, dont le Gouvernement fait inexplicablement litière, appellent pourtant à rejeter en bloc la hausse prévue du TRV.

L’exécutif peut agir pour une baisse des tarifs de l’électricité

Au-delà de la question de la validité juridique de la récente demande de la CRE de hausse du TRV, l’exécutif dispose de nombreux leviers pour faire baisser la facture électrique des ménages. Il peut tout d’abord agir sur l’explosion de la valeur des Certificats d’économie d’énergie (CEE) et sur les coûts commerciaux d’EDF (encore récemment pointés du doigt par la Cour des comptes sous l’angle de sa politique salariale très avantageuse), qui pèsent tous deux sur le TRV. Par ailleurs, et alors que la consommation d’électricité est bien souvent contrainte, le niveau massif de la fiscalité qui lui est appliquée (près de 40 % de taxes et contributions sur le prix total) doit être remis en cause. Au choix, et sans exclusive, des marges de manœuvre existent sur le niveau de la TVA, sur celui de la Contribution au service public de l’électricité (qui a augmenté de 114 % depuis 2012), ou encore sur l’application de la TVA aux autres taxes et contributions, aberration fiscale qui ponctionne indûment le pouvoir d’achat des consommateurs de 1 milliard d’euros par an.

Compte tenu des constats dressés, la CLCV et l’UFC-Que Choisir écrivent aujourd’hui une lettre ouverte au président de la République pour lui demander de prendre dans les plus brefs délais des mesures concrètes pour limiter la hausse du TRV. À défaut, en cas de validation par le Gouvernement de la hausse de 5,9 % demandée par la CRE, nos associations ne manqueront pas de saisir le Conseil d’État pour en obtenir l’invalidation.

Lettre ouverte au Président de la République

Grand débat national : la CLCV fera entendre votre voix !

Pour vous, quelles sont les priorités pour améliorer votre pouvoir d’achat et votre quotidien ?

Soumettez-nous vos propositions, la CLCV fera entendre votre voix !

Voici le lien vers l’espace dédié pour que chacun soumette ses propositions :
http://www.clcv.org/slideshow/grand-debat-national-vos-propositions.html

Les participants à cette consultation pourront déposer des propositions sur les principaux thèmes en lien avec le pouvoir d’achat et la vie quotidienne : Alimentation, Services publics, Énergies, Logement.

FAIRE : contre les problèmes d’inconfort chez soi liés à la chaleur, au froid ou à l’humidité

(Texte extrait du https://www.faire.fr/pourquoi-faire)

FAIRE pour Faciliter, Accompagner et Informer pour la Rénovation Énergétique.

Afin d’entraîner les Français vers la rénovation énergétique, le ministère de la Transition écologique et solidaire, le ministère de la Cohésion des territoires et l’ADEME mettent en place une nouvelle signature, FAIRE. Tous éco-confortables.

FAIRE a pour objectif de rassembler l’ensemble des acteurs publics et privés de la rénovation énergétique et des énergies renouvelables et rendre lisible leur offre.

Le « service public » d’information et de conseil sur la rénovation énergétique de l’habitat  est mis en place par l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie), l’Anah (Agence Nationale de l’Habitat), l’ANIL (Agence Nationale pour l’Information sur le Logement) et les collectivités.

Voir le site faire.fr

Tour à vélo de l’énergie citoyenne ! (2017)

« En Ile-de-France [et dans le Val de Marne] rejoignez le Tour à vélo de l’énergie citoyenne, du 16 septembre au 1er octobre 2017 ! …

… Porté par des collectifs engagés pour la transition écologique et sociale, le Tour à vélo passera dans une quinzaine de communes franciliennes pour réunir les acteurs locaux qui agissent concrètement en faveur du climat. »

Lire la suite sur http://alternatiba.eu/paris/2017-actions/tour-a-velo/ – En cliquant sur la carte vous découvrirez les détails du parcours.

Enquête usagers déchetteries : des points de satisfaction et des interrogations

La CLCV rend public ce jour la première enquête nationale de satisfaction des usagers des déchetteries, réalisée en au mois de mai et juin auprès de 849 particuliers très majoritairement utilisateurs réguliers de ce service.

Il apparait une satisfaction élevée, des interrogations sur la qualité environnementale de la reprise, et un attachement quasi unanime envers un accès gratuit au service financé par la fiscalité locale. Lire la suite sur www.clcv.org et voir le document « Enquête déchetteries – 28 août 2017 »

Plan Hulot – Sécheresse : La politique de l’eau doit être réformée

Dans un contexte de pénurie d’eau prononcée – tant en France avec 80 départements concernés par des restrictions, qu’en Europe – la CLCV salue le volontarisme du Ministre de l’écologie visant à prendre des mesures structurelles pour réduire le gaspillage d’eau.

Rappelons que la pénurie d’eau pourrait avoir des conséquences radicalement concrètes : cet été la ville de Rome vient d’éviter d’extrême justesse un rationnement généralisé de la distribution d’eau potable, au prix d’un prélèvement exceptionnel sur un lac déjà sous-alimenté, et, en 2005 la ville de Niort avait failli connaitre le même sort. Lire la suite sur www.clcv.org

Communiqué du collectif 3R

Projet IP13
Zéro Waste France, Plan B’OM

Le collectif 3R (http://collectif3r.org/communique-de-presse-lettre-aux-candidats-a-lelection-presidentielle/) remercie la CLCV pour son soutien en 2016, avec un grand espoir pour faire face aux frais des recours juridiques qu’il prépare pour 2017 (AGO du 29 mars 2017).

Nous appelons nos adhérents à :

– Signer la pétition https://www.change.org/p/2-milliards-pour-brûler-des-déchets-non
– Se mobiliser en venant nombreux aux manifestations et réunions publiques du collectif 3R pour faire admettre à leurs maires qu’il existe une alternative qui a fait ses preuves dans de grandes capitales mondiales comme San Francisco, Milan, Barcelone etc… et signer le Plan B’OM qui démontre qu’en adoptant des solutions simples, on peut :

– éviter de dépenser 2 milliards d’euros d’argent public ;
– lutter contre la pollution et le réchauffement climatique ;
– créer des emplois plus nombreux par le tri et le recyclage et le compostage collectif.

Une aide de 200 € pour acheter un vélo électrique

Une bonne nouvelle pour tous ceux qui envisagent de s’équiper.

L’Etat accorde désormais une aide de 200 € pour l’achat d’un vélo à assistance électrique (VAE) neuf qui n’utilise pas de batterie au plomb.

Plus précisément, le montant de l’aide est fixé à 20 % du prix d’acquisition du VAE avec un plafond de 200 €. Pour bénéficier de ce bonus, valable jusqu’au 31 janvier 2018, il ne faut pas avoir déjà reçu l’aide d’une collectivité publique.

Par ailleurs, un particulier ne peut obtenir cette subvention qu’une seule fois et ne doit pas revendre le vélo dans l’année qui suit son achat.

Dans les faits, il faut effectuer une demande de remboursement via un formulaire mis en ligne par l’Agence de services et de paiement sur un téléservice dédié, « Bonus Vélo ».

Plus d’infos sur www.asp-public.fr/bonus-velo