Pesticides vendus en magasins : 44% des enseignes en infraction !

La CLCV rend publique son enquête dans 158 points de vente de pesticides aux particuliers et constate que la réglementation n’est pas respectée par 44% des enseignes. Il est ainsi possible d’obtenir des produits comme des désherbants dangereux pour l’environnement (Roundup, Fertiligène anti-repousse, …) dans des rayons en libre-service, ce qui est interdit. La CLCV a saisi le ministre par courrier afin de demander le renforcement des contrôles.

Voir la suite sur www.clcv.org

Communiqué de presse : Pour éviter la ville des plus aisés et des plus aidés, exigeons l’extension de l’encadrement des loyers

L’enquête réalisée par la CLCV entre mai et juin 2017 à Paris et Lille montre que 62% des loyers proposés sont conformes. Le taux de conformité est de 73% pour les annonces passées par une agence contre 50% lorsque le bien est géré en direct par le bailleur. Enfin, le caractère meublé ou non du logement a une incidence, puisque 59% des logements meublés sont conformes alors qu’ils sont 64% à l’être pour les locations nues. En moyenne, lorsque le loyer excède le maximum autorisé, c’est environ 125€ par mois, soit près de 1500€ à l’année, que le bailleur appelle en toute illégalité auprès de son locataire !

Retrouvez le communiqué complet sur le site www.clcv.org

Les Bons Comptes font les Bons Bailleurs

Vilogia est dans l’incapacité de régulariser les charges 2014 des locataires d’une association qui nous est affiliée. Lorsqu’ils interrogent leur gestionnaire , il leur est répondu : « Ce sera fait fin 2017 … ».

Par contre, nouveauté ce mois-ci, les provisions de charges sont modifiées et personnalisées par logement.

Vilogia a donc retrouvé son boulier ??

Peut-on espérer de voir les charges 2014, 2015 et 2016 régularisées avant la fin de l’année 2017 ?

Suspens …

Appel à nommer un ministre du Logement

Jean-Yves Mano, le président de l’association CLCV, adresse une lettre ouverte au président de la République pour demander la nomination d’un ministre du Logement, acteur essentiel d’une politique qui concerne des millions de citoyens.

 

« Monsieur le Président,Lors de la constitution de votre premier gouvernement, nous, consommateurs, usagers et acteurs de notre vie quotidienne, nous nous sentons un peu oubliés.

Certes, votre souci de concentration des responsabilités dans un nombre restreint de ministères pourrait être perçu comme un gage d’efficacité, sauf que trop de sujets concernant les citoyens sont transversaux et portés par plusieurs ministères. Et, pour être efficaces, ces sujets abordés doivent être incarnés par un responsable porteur des spécificités.

Le logement porté par un ministre de la Cohésion des territoires pourrait être une concrétisation de la prise en compte de la diversité des Réalités locales en la matière, mais l’Etat doit être le garant de l’égalité des droits et le droit au logement n’est pas divisible.

La loi SRU doit s’appliquer partout, l’accès à un logement accessible financièrement aux demandeurs doit être généralisé, et cela concerne d’ailleurs les locataires du secteur privé par l’extension de l’encadrement des loyers au-delà des Villes de Paris et de Lille où cet encadrement a montré son efficacité sans pour autant diminuer l’offre locative.

D’autre part, il faudra effectivement choisir dans les arbitrages budgétaires entre la nécessité de revaloriser l’aide à la pierre pour développer le logement social accessible et sortir de l’indigence actuelle des 150 millions d’euros du budget de l’année 2017 pour retrouver une enveloppe proche du milliard d’euros des années 2010/2012.

Il faudra effectivement choisir s’il est acceptable de consacrer 2 milliards d’euros sous forme d’avantages fiscaux à des particuliers pour qu’ils se constituent un Patrimoine personnel, car oui, Monsieur le Président, à titre de comparaison est-il acceptable que les organismes HLM complètent à hauteur de 250 millions d’euros le fonds national d’aide à la pierre compte tenu du désengagement de l’Etat? Car cela revient à faire financer par les locataires de logements sociaux les nouveaux logements sociaux. Il y a en général un budget pour cela, c’est le budget de la Nation pour lequel l’ensemble des locataires contribuent en payant leurs impôts directs ou indirects.

Car oui, Monsieur le Président, ces questions se posent, des centaines de milliers de citoyens sont encore mal logés, des quartiers sont encore à rénover, l’insalubrité n’est pas éradiquée, l’amélioration sur le plan thermique des bâtiments publics ou privés doit se développer. Cette liste n’est pas exhaustive et démontre que ces problématiques devront être partagées par le ministre de l’Action et des Comptes publics, par le ministre de la Cohésion des territoires et par celui de la Transition écologique et solidaire.

La transversalité ainsi démontrée ne doit pas conduire à la dilution car trop de dilutions conduisent à l’inefficacité.

Alors, Monsieur le Président, rien de mieux que de nommer un ministre du Logement qui sera l’acteur essentiel d’un projet politique concernant des millions de nos concitoyens et qui est pour vous, nous l’espérons, une priorité.

Jean Yves Mano, Président »

Changer d’opérateur de téléphonie mobile en 5 étapes

Changer d’opérateur en conservant son numéro et son téléphone n’a jamais été aussi simple.

Depuis l’arrivée d’un 4ème opérateur en 2012, la concurrence est plus importante dans le secteur de la téléphonie mobile au bénéfice du consommateur.

Auparavant, les abonnés détenaient surtout des offres avec engagement de 12 ou 24 mois. Ces offres, qui existent toujours, proposent la vente d’un téléphone à un tarif très bas dit « subventionné ». En réalité la facturation mensuelle de ces offres inclut un remboursement échelonné du mobile et partir chez un concurrent en cours d’engagement implique des pénalités de résiliation souvent lourdes.

Aujourd’hui, les consommateurs s’orientent massivement vers des offres sans fourniture de téléphone. Ces offres sont sans engagement et proposent des tarifs très agressifs.

Changer d’opérateur en conservant son numéro de téléphone et son téléphone n’a jamais été aussi simple. Et cela permet de bénéficier de promotions et/ou d’un meilleur service.

Lire la suite sur clcv.org

Nomination au CTS (Conseil Territorial de Santé)

Vincent Perrot, Administrateur à la CLCV Paris, a été récemment nommé au Conseil territorial de santé de Paris pour être un des représentants des usagers du système de santé.

Le conseil territorial de santé (CTS) a été créé par la loi de modernisation de notre système de santé de janvier 2016. Il remplace la conférence de territoire (décret n° 2016-278 du 8 mars 2016). Créé par le directeur général de l’ARS sur chaque territoire de démocratie sanitaire, le CTS veille à conserver la spécificité des dispositifs et des démarches locales de santé fondées sur la participation des habitants, notamment ceux en situation de pauvreté ou de précarité.

Il contribue à l’élaboration, à la mise en œuvre, au suivi et à l’évaluation du PRS, en particulier pour organiser les parcours de santé. Le CTS participe à la réalisation du diagnostic territorial partagé qui identifie les besoins sanitaires, sociaux et médicosociaux de la population et les caractéristiques géographiques et saisonnières du territoire. Il s’appuie sur des données d’observation, les projets des équipes de soins primaires et des communautés professionnelles territoriales de santé.
lire la suite…